AREC : Acteurs et réseaux de la Révolution et de la Contre-Révolution en Europe (1789-1850)

AREC : Acteurs et réseaux de la Révolution et de la Contre-Révolution en Europe (1789-1850)

Convention projet structurant sciences humaines et sociales entre le Conseil Régional d’Auvergne et le CHEC et le CELIS- Université Blaise Pascal

- Objet et durée du projet

Dans le cadre du programme "Projets de recherche" la Région Auvergne soutient les coûts d’équipements et/ou de fonctionnement engagés dans le cadre du projet "Acteurs et réseaux de la Révolution et de la Contre-Révolution en Europe (1789-1850)" au sein du CHEC et du CELIS.

Date de début du projet : novembre 2013 pour une durée de 3 ans et 6 mois.

Coordinateur scientifique : Jean-Philippe LUIS - CHEC/UB Représentants scientifiques :
JP LUIS - CHEC/UBP
Françoise LE BORGNE - CELIS/UBP

- Une approche originale

La période 1789-1850 est considérée comme l’ère des révolutions durant laquelle une grande partie de l’Europe est sortie de l’Ancien Régime. Le projet pluridisciplinaire « Acteurs et Réseaux de la Révolution et de la Contre-Révolution en Europe » désire porter un éclairage sur cette période à la lumière de deux approches principales : l’histoire culturelle du politique et l’analyse des réseaux sociaux. Opérer cette liaison à l’échelle européenne permet de s’affranchir des histoires nationales encore dominantes et repose sur une conviction : l’histoire des idées n’est pas indépendante des réseaux de relation dans lesquels ces idées naissent. Un tel objectif ne peut s’envisager qu’en accordant un place centrale au numérique.

- La démarche méthodologique

Le collectif réuni (quatre enseignants-chercheurs, un post-doctorant un doctorant, deux doctorants étrangers en stage), s’organise autour d’une série de terrains d’enquête situés géographiquement dans l’un des espaces choisis : la France, la péninsule Ibérique, l’Italie, la Suisse et l’Allemagne. Ce travail est mis en commun lors de réunions du collectif et comprend une forte dimension de recueil d’informations destinées à nourrir une base de données créée à cet effet. En un an, 22.000 fiches biographiques et plus de 4.000 structures généalogiques de quelques uns des leaders politiques les plus importants de la période. L’analyse de ces données se fera pour l’essentiel durant la troisième année du programme. On espère tout particulièrement mesurer d’une part la part prise par les différentes solidarités anciennes (familiales, locales...) et nouvelles dans la prise de position politique et d’autre part les variations de cette donnée tout au long de la période considérée.

- Le numérique, au cœur du projet

Le principal outil numérique construit est une base de données, la base AREC. Parce qu’elle est conçue sur le modèle Fichoz, modèle développé par le CNRS et hébergé sous HUMA-NUM, cette base permet un travail collectif d’une grande souplesse, en particulier parce qu’elle peut être consultée et alimentée en ligne. Son originalité est liée à son principe : il n’y a pas de fiche type par individu, mais l’information livrée par les sources est atomisée. Chaque action de l’acteur correspond à un enregistrement. Cette conception permet de dépasser le problème de la catégorisation qui se pose dans la prosopographie classique et dote la base d’une structure suffisamment souple pour intégrer des informations de nature infinies, tirées de sources de toutes natures. Les données étant formatées en unités homogènes, elles peuvent être traitées avec des logiciels permettant la représentation graphique de réseaux, la production des cartes ou d’analyses textuelles.

- Un programme à vocation internationale

Les matériaux réunis concernent les élites politiques de la France, la péninsule Ibérique, l’Italie et la Suisse et l’Allemagne et imposent des connections avec d’autres espaces, en particulier le monde anglo-saxon ou l’Amérique. La nature des sources pose le problème méthodologique de la diversité des langues utilisées. Cet obstacle est en cours de résolution avec l’élaboration d’un glossaire plurilingue de mots clés qui permet de garder toute la richesse des termes spécifiques employés dans chacune des langues utilisées Par la structure choisie pour cette base, ce programme est structurant car il n’a pas vocation à s’en tenir aux trois ans de son financement. En effet, la base est ouverte, et peut accueillir des chercheurs de différents horizons travaillant sur des aspects très divers touchant aux élites politiques de la période considérée.