ACTAPOL

ACTAPOL

Programme retenu par l’Agence Nationale de la Recherche lors de son appel à projet thématique "Blanc SHS" 2010.
Le CHEC est laboratoire partenaire.

Objectifs

- Le premier est l’établissement d’un Dictionnaire des Conventionnels, qui paraîtrait dans la collection du Centre international d’étude du XVIIIe siècle, dans une collection qui a notamment accueilli le Dictionnaire des Législateurs d’Edna Lemay (2007). La réalisation et la publication d’un tel ouvrage relève nécessairement d’un travail d’équipe, à mener simultanément en bibliothèque et dans les archives de Paris et de province : les séries L, F, J et les fonds notariés des dépôts départementaux seront particulièrement sollicités, soit des centaines de cartons ; aux Archives nationales, on s’attachera particulièrement aux cartons C 352 et 353, et aux sous-séries AD XVIII, AF II, AP, B II, D I, D III, F7.
Encadrée par les trois partenaires, dont chacun prendrait chacun en charge une part de l’espace national (Nord-Est, Sud-Est, grand Ouest), l’enquête serait menée par des membres statutaires de leurs trois équipes et des enseignants-chercheurs associés à celles-ci, dont beaucoup ont déjà contribué à l’élaboration du Dictionnaire des Législateurs. Concrètement, après dépouillement de la bibliographie disponible, le travail doit s’opérer à deux niveaux. À chaque fois que cela est nécessaire, les origines familiales, le parcours de formation et les premières années de la carrière professionnelle ou de l’engagement politique du député doivent être reconstitués à partir des archives locales ou départementales ; une attention doit également être portée au parcours post-conventionnel du représentant du peuple.

Le dictionnaire, cependant, entend également insister sur le déroulement de la carrière de chaque député à la Convention par le dépouillement des procès-verbaux de l’Assemblée, de la presse, des archives de clubs politiques, etc. ; pour la période de la Convention thermidorienne, l’enquête est d’autant plus délicate que l’on ne dispose pas encore des volumes des Archives parlementaires, et que le travail d’investigation doit s’opérer à partir des sources premières. Essentiellement menée à partir des fonds parisiens, cette seconde partie de l’enquête sera particulièrement confiée au post-doctorant recruté à dessein. La rédaction des notices se fera ensuite selon un plan uniforme, mis en place par Edna Lemay dans ses précédents travaux, qui présente successivement des informations familiales, le parcours de formation, la carrière avant 1789, la carrière au temps des deux premières assemblées révolutionnaires, celle au temps de la Convention, la carrière après 1795, puis les sources.

- Les outils informatiques et le web permettent un traitement différencié des informations recueillies. Certes, l’essentiel se trouvera synthétisé dans les notices du dictionnaire papier, qui viendra compléter la liste des outils disponibles pour la connaissance des acteurs de la Révolution. Certaines données, cependant, seront communiquées par voie d’internet, et offriront aux chercheurs des informations complémentaires sur les conventionnels.
Trois bases de données complémentaires seraient ainsi constituées :

  • Une première présenterait la bibliographie des députés de la Convention, et le lieu de conservation de leurs publications ; ces dernières sont très dispersées et conservées seulement en partie à la Bibliothèque nationale. Parmi les titres ainsi identifiés, une attention particulière serait accordée aux nombreux plaidoyers pro domo publiés au lendemain de la chute de la Gironde et surtout pendant l’an III, qui invitent à une réflexion sur l’écriture d’une histoire immédiate (Bourdin, 2009) et sur la constitution d’une mémoire de la Révolution (Luzzatto, 1991).
  • Une seconde base de données bibliographique donnerait cette fois accès aux travaux publiés (livres, articles) ou non (mémoires, thèses) sur les députés de la Convention.
  • Enfin, la numérisation du fonds des Archives nationales constitué à la suite de la demande faite aux députés (C 352 et 353), en prairial an III, d’exciper de leur état civil, offre une source inégalable et jamais étudiée sur leur entourage familial, leur fortune et leur insertion sociale.

- Comme l’ont montré les dictionnaires récemment publiés, l’outil de travail suscite l’émergence de nouvelles recherches et permet le renouvellement des synthèses ; en cela, l’outil proposé ouvrirait à de nouvelles enquêtes sur les hommes de la Convention, sur les mouvances politiques à l’œuvre, etc. Pour une première valorisation et mise en perspective des recherches, le programme introduirait d’ailleurs à certaines de ces interrogations, par l’organisation de trois journées présentées infra sur : Le député, ses territoires, ses électeurs : un intermédiaire en Révolution ; Absent ou silencieux : prudence et difficultés du choix politique ; Les conventionnels après la Convention : adaptation, exclusion, mémoires.

- PARTENAIRES

Contact

IRHIS (laboratoire coordinateur)
Université de Lille 3, BP 60 149 - Rue du Barreau, 59653 Villeneuve d’Ascq Cedex
Tèl. : 03 20 41 68 47
herve.leuwers@univ-lille3.fr